← 11d.im

apprendre de twitter et du libre

22.11.2022

Je ne pensais vraiment pas que la chute de twitter allait m'occuper cérébralement aussi longtemps. Ce que l'on peut en dire semble être sans fin. Mais je me pose la question suivante : qu'a t-on réellement appris grace à twitter ?

Je me souviens par exemple d'une conversation avec l'ami François. C'était à Berlin, certainement en hiver. Mais c'était surtout la grosse mode du NoSQL :  une nouvelle manière de stocker et de distribuer des données pour les cas d'usage qui ne conviennent pas à une bonne vieille base faites de tableaux. MongoDB et  Redis par exemple. Twitter avait alors apporter une innovation fondamentale à un de leur problème technique : comment afficher un nouveau tweet d'un compte avec plusieurs millions d'abonnées. C'était une problèmatique complètement inédite. Alors que les graphes sociaux de facebook étant surtout centré sur une forme de proximité et d'affinité (les amis, la famille, les collègues, etc), ceux de twitter sont sur la popularité et la publicité d'information (les journalistes, les punchlineurs, les influenceurs médiatiques etc).

Il y a aussi la bibliothèque de composants graphiques Bootstrap qui était en partie leur design system qu'ils ont décidé de mettre en source ouverte et en utilisation gratuite. La monotonie de le retrouver partout a certainement ouvert la voie à d'autres design systems mais également permis la création rapide d'interface ou de mockups.

Il y a certainement des technologies dont je n'ai pas connaissance.

Le plan méthodologique, notamment les questions de modération, me semble plus ambigu car ces questions sont pour beaucoup liées à des problèmes qu'ils se sont créés dans un élan centralisateur et d'acteur du capitalisme de surveillance.

Au détour de ce thread sur l'un des problèmes ergonomiques de mastodon, je découvre sa justification. Je suis émerveillé par sa transparence. C'est une discussion technique sur la sécurité et qui ne maquille un problème d'exploitation capitaliste. Le problème n'est loin d'être réglé 4 ans plus tard mais on apprend quelque chose sur une limitation actuelle. Cela donne une mesure de la finitude et sort des promesses sans limite des discours de la Sillicon Valley. Cela donne à voir une certaine forme d'humilité technique et appel à une forme de patience, voire de lenteur, dont on a besoin. Je ne sais pas si autre chose que le logiciel libre et son effet de communautés peut amener cela.

S'il est encore tôt pour enterrer twitter, il n'est pas trop aventureux de dire que cette entreprise n'apportera plus grand chose. Quel sera l'héritage collectif, un droit d'inventaire pour faire bien en français politique, et à quel coût collectif ? Pourra-t-on en conclure que les autres formes d'organisation sont tout aussi imparfaites mais plus durables, càd que l'on peut espérer qu'elles nous amènent vers des futurs désirables ? (oui)